Christophe Merle, directeur artistique

©Diane Barbier

Son parcours théâtral, Christophe Merle ne le commence pas dans ne école, mais au Mali à 24 ans, où il travaille pendant trois années de 1989 à 1992. Aux côtés de Philippe Dauchez, professeur à l’Institut National des Arts, il participe au développement de l’association TRACT (Troupe de Recherche d’Animation et de Communication Théâtrale) dont l’objet est de proposer aux publics des spectacles traitant des préoccupations en matière de santé, de protection de l’environnement, des questions autour de l’eau, la gestion des problèmes fonciers.

Sur les places publiques, dans les écoles, dans les villages, le théâtre est utilisé dans une dominante didactique, un outil de communication.

Au cours de cette même période, il rencontre Adama Traoré et ensemble, ils fondent la compagnie Convergence pour travailler sur des textes d’auteurs et développer un théâtre de création. Ils montent Je soussigné cardiaque de Sony Labou Tansi et Le roi se meurt de Ionesco dans lesquels il est comédien.

De retour en France, il poursuit dans la direction des échanges avec le monde francophone et épaule pendant cinq années Monique Blin au festival des francophonies avant de fonder sa compagnie, Les voix du Caméléon, en 1996, dont il devient naturellement le directeur artistique.

Donner à voir et à entendre des auteurs qui tout en partageant notre langue envisagent d’autres conceptions du monde est le fil conducteur de la compagnie. Comme des flêches du tchadien Koulsy Lamko est le premier spectacle sur lequel il s’engage.

©Samuel Cuadrado

Vient ensuite en 1998 Une hyène à jeun du malien Massa Makan Diabaté et le début des projets en co-production. Il retrouve ainsi son compère Adama Traoré du Mali et sa compagnie Acte Sept. Il invite également une compagnie Québecoise Ensemble Sauvage Public à se joindre au projet. 17 personnes en tournée, plus de 50 représentations sur les trois continents des compagnies partenaires, et le prix de l’Unesco pour la promotion des Arts.

En 2002 il monte et met en scène Fatma de l’algérien M’Hamed Benguettaf (plus de 60 représentations dans une dizaine de pays) et en 2005 Tombouctou 52 jours à dos de chameau du Marocain Ahmed Ghazali dont la mise en scène sera confiée à Vincent Goethals. Ce texte est le fruit d’une commande d’écriture passée à l’auteur et sera l’objet d’une co-production avec Acte Sept et Ensemble Sauvage Public.

En 2009 Les voix du Caméléon font une libre adaptation du texte de Ahmed Ghazali « Tombouctou, 52 jours à dos de chameau » dont le titre est L’Écho…du pas de l’Homme avec une tournée nationale et internationale. Puis en 2012, Christophe Merle met en scène le texte Brasserie de l’auteur Ivoirien Koffi Kwahulé. Et en 2015, avec la Cie de danse Divergence, il créé le spectacle Pierre et Léa, théâtre et danse d’après les textes jeunesse de Sylvain Levey et Dominique Paquet actuellement en tournée.

Parallèlement à ce travail de compagnie, il participe depuis 2002 aux projets du Centre Dramatique National de la Comédie de Reims. Co-organisateur du festival A scènes ouvertes, festival dédié à la poésie (lectures, mise en espace, formes théâtrales atypiques), il participe également aux spectacles Le diable en partage de Fabrice Melquiot, Rhinocéros de Ionesco, Homme pour Homme de Brecht, tous trois mis en scène par Emmanuel Demarcy-Mota. Depuis 2010, toujours à la Comédie de Reims,  aux côtés de Ludovic Lagarde, il participe au festival Reims Scène d’Europe qui se tient chaque année début février.

Il met en espace plusieurs lectures comme Pour rire pour passer le temps de S.Levey, Brasserie de K.Kwahulé, une lecture croisée de Badinter, sur l’abolition de la peine de mort et de S.Weil, à propos de la loi sur l’IVG, Le péril de l’ignorance de V.Hugo, Oedipe sur la route de H.Bauchau, L’étrange histoire de Benjamin Button de F.Scott Fitzgérald, Novecento pianiste de A.Baricco etc…

En 2010 il crée les rencontres artistiques Les Passagères. Ce festival conçu comme un projet à l’échelle du territoire vise à :

  • Faire découvrir les écritures d’aujourd’hui (lecture, théâtre, performance d’écriture, chanson française, cinéma, cirque, clown) à des publics en milieu rural,
  • Favoriser la rencontre entre le spectacle vivant et le patrimoine architectural et naturel,
  • Développer un projet de territoire à travers lequel une compagnie de théâtre (Les Voix du Caméléon), les populations, les artistes du Département, de la Région et d’ailleurs se rencontrent, échangent pour partager des envies, des savoir-faire, des désirs.

Ecoutez une interview de C.Merle au Mali