L’écho… du pas de l’Homme

Libre adaptation du texte «Tombouctou, 52 jours à dos de chameau»
de Ahmed Ghazali


  • l'écho du pas de l'hommeAdaptation : Diariétou Keïta
  • Mise en scène : Christophe Merle
  • Comédienne : Diariétou Keïta
  • Costume : Frédérique Camaret
  • Création lumière : Laurent Massé
  • Directeur technique : Fernando Lopes-Fadigas

DOSSIER : L’écho du pas de l’homme.pdf


 L’HISTOIRE

 

Dans L’écho…du pas de l’Homme, il y a le Sahara, lieu mythique où se sont croisés pendant des siècles les Arabes, les Berbères, les Noirs Africains, les Européens. Il y a le commerce, les conquêtes, le colonialisme, l’avènement des Etats Nations au Maghreb et en Afrique de l’Ouest. Il y a notre présent, les migrations des damnés de la terre et le mythe de l’eldorado Européen, la mondialisation.

Il y a surtout une mise en perspective de l’Histoire des Hommes et leurs désirs irrésistibles de se mouvoir, de se déplacer, d’échanger, de se rencontrer, de se confronter, un besoin métaphysique et intemporel de pratiquer le “Voisinage“.

SONY DSC

Pour en témoigner, une pancarte vieille de 2000 ans, une pancarte au milieu de rien….ou plutôt du désert, d’un no man’s land, d’un entre deux, d’un trait d’union. Une pancarte carrefour toujours prête à indiquer le chemin, éclairer la route et se faire l’écho du pas de l’homme, une pancarte sur laquelle est inscrite cette phrase “Tombouctou 52 jours à dos de chameau“, observatrice privilégiée et ironique de ces flux incessants, personnage central du récit qui chercherait à nous rappeler à chaque instant que dans cet espace-temps, nous ne sommes que peu de choses…

Tel un fantôme, elle erre prête à se laisser définitivement mourir.
Qui intéresse-t-elle encore ? Qui se soucie d’elle ?
Méprisée, oubliée, éreintée, disparaîtra-t-elle à tout jamais emportant avec elle notre Histoire, notre Mémoire…


L’auteur : Ahmed Ghazali

Né au Maroc en 1964, Ahmed Ghazali après des études scientifiques, exerce le métier d’ingénieur géophysicien dans le domaine de l’exploration pétrolière, ce qui le fera voyager dans le Maghreb et le Moyen-Orient. La rencontre avec le désert lui fait découvrir sa véritable vocation : l’exploration de l’âme et de l’imaginaire à travers l’écriture dramatique et la recherche philosophique.

Sa pièce Le Mouton et la baleine, pour laquelle il a été lauréat 1999 des Journées d’auteurs au Théâtre des Célestins de Lyon, a obtenu le prix SACD de la dramaturgie francophone en 2001 et le Prix Sony Labou Tansi des Lycéens en 2003

La  presse

& Ce qu’en pense le public…

« Magnifique. Des frissons qui durent longtemps. Comme la sonnerie d’un réveil sur notre histoire, sur notre monde, de ceux qui sont nés dans «un pays» et les autres. Des phrases magnifiques, qui résonnent, qui percutent, qui frappent avec la réalité, la réalité d’un point fixe, qui vous regarde passer, les sens, les signes, les salles.»

« J’en ai encore les larmes aux yeux. Un texte criant de vérité, de justesse allant chercher au plus profond de moi cette culpabilité teintée de compassion, d’envie de crier au monde entier « mais que faisons nous ! » Une gestuelle fine et adaptée, très bien mise en valeur par ces couchers de soleil incessant»

Aurore

« Je suis algérienne…c’est mon histoire…L’histoire de l’Afrique… C’est très beau. Un plein moment de bonheur. Foncez, continuez!»

Wahiba

«Magnifique spectacle dont on ressort ébloui. Conte initiatique, drame, histoire d’une vie, histoire de toutes les Histoires… Je ressors grandie d’un peu de sagesse de la princesse du désert. Pour une heure se retrouver en Afrique. Immense performance de l’actrice, qui nous emmène dans ce monde et nous transporte. Merci»

«La façon dont est abordée le thème est très agréable. Décor super et adapté, idem pour les lumières surtout les ombres qui vibraient avec les paroles. Dernière image du spectacle digne d’une peinture. Voix exceptionnelle!!! Beaucoup d’effets ressentis. Merci Tombouctou 52 jours à dos de chameau!»

«Emouvant, tragique et tellement nécessaire à dire le sens de toute cette mascarade humaine. Beauté de l’actrice, ses expressions, ses mouvements, ses mains. Beauté du décor visuel et sonore. Voyage véritable à travers le monde et à travers le temps. Scénario exquis. Merci très fort»

«Humour, poésie, émotions autour d’un thème et de plusieurs thèmes liès à la colonisation. Bravo pour ces mélanges, ces touches d’humour et cette écriture poétique, ces images très bien écrites. Un bon moment!»

«Trop court! On resterait des heures. Très beau, mise en scène magnifique et une interprétation sans faille…»

«Fluctuations temporelles aux longueurs d’ondes rondes. Grand jeu théâtral. La pointe dérisoire est une délectation à la réflexion. Trés beau voyage. Très bon moment.»

««L’écho…du pas de l’Homme est très juste, d’une justesse de sentiment et de politique. Une très belle confirmation que le théâtre est une rencontre et la poésie une arme.»

Rénata et Richard

« Très bien. Très bonne actrice, émouvante. Belle, très belle mise en scène. Les mots me manquent… »

« Belle mise en scène. Intrigant décor. Superbe actrice. Soirée réussie »

« Très beau spectacle. Bel hommage au Sahara et à son peuple. Texte, mise en scène, jeu de l’actrice formidable »


 

  • Dépêche Nov 2008
  • Midi libre Alger Avril 2011
  • l'écho du pas de l'homme
  • lecho-du-pas-de-lhomme-4_1
  • SONY DSC
  • SONY DSC